• Ru

    Camille Leboulanger

    Lorsque l'eau salée éclabousse son visage et déstabilise ses compagnons d'infortune sur lesquels il tente de trouver appui, l'embarcation de misère remue dangereusement, au point de bientôt le faire chavirer. L'eau a un effet secondaire plus grave encore que la noyade. Elle efface l'encre sur le papier. Alors, une fois échoué sur la plage, contemplant, accroché à la falaise, le corps colossal de Ru, il n'est plus que Y. Sur son passeport, le reste de son prénom a disparu, y compris de sa mémoire :
    Son « parcours du migrant » commence sous les plus mauvais auspices.
    À l'obtention de son baccalauréat, Agathe quitte Cuisse Milieu Gauche pour Rein Gauche. L'arrivée à l'université va la transformer. Habituée à une vie petite-bourgeoise dans son quartier de CuMiGa, elle regardait auparavant de haut les membres inférieurs et avec fierté le ciel azur, pensé et conçu pour rappeler l'Extérieur et oublier le « rouge Ru » omniprésent partout ailleurs. Sa volonté de devenir chercheuse en rulogie vole en éclats lorsqu'elle participe à un mouvement étudiant réprimé par la violence. Elle s'engage alors dans Regard rouge, une organisation clandestine qui affirme que Ru va se réveiller.
    Pedro, chanteur et star mondiale, et Alvid, réalisateur de documentaires, sont extérieurs à Ru.
    Le premier en est passionné, le second s'en méfie.
    Pedro, qui est venu pour faire une tournée dans Ru, n'a plus donné de nouvelles à son mari. Le documentariste part alors à sa recherche dans les méandres de la bête et de sa société.
    À travers le parcours de ces quatre personnages dans et vis-à-vis de Ru, nous découvrons tous les échelons et toutes les classes, de la préfecture à la Tête jusqu'à la gronde intestine.

  • La nuit disparaît. La Terre s'assèche, les humains s'évitent.
    Un flic, Thomas, et une adolescente, Sophie, se mettent en route vers le sud. Pour aller où ? À quelle fin ? Peu importe, ils sont vivants, ils avancent, dans ce monde désormais vide et aveuglant.
    Peu à peu Thomas laisse derrière lui une tombe sur un rond-point et une maison en cendre, passe la frontière espagnole et espère ne plus croiser personne...
    C'est une « presque fin du monde » où la nuit cesse et où le jour continuel rend fou.
    Dans ce roman envoûtant à mi-chemin entre le road movie de la littérature générale et le post-apocalyptique du roman de SF, la violence le dispute à l'humour noir. Le lecteur, happé par l'écriture et le rythme du récit, vit une empathie sensorielle et émotionnelle avec Thomas. On ressent avec lui le froid, le chaud, les odeurs, l'horreur, alors que seule la vision nous est donnée. Thomas est « nos yeux », nous sommes ses autres sens.

  • Dans un monde où l'on a perdu la technique permettant la fabrication du papier ainsi que la maîtrise de l'écriture, Bertram, un baladin d'un monde ancien, entreprend de parcourir le pays des Terres-Hautes avec son luth pour collecter les histoires et les transmettre par la chanson.
    Membre de la Guilde des musiciens célèbre dans toute la contrée, il jouit d'une grande renommée. Mais il est victime d'un vol : son précieux luth a disparu. C'est en compagnie de la jeune Sans-Nom qui dit connaître l'identité du voleur qu'il part à la recherche de son instrument.

  • Un coin entre mer et montagne. Une lande, longtemps après un désastre qui a laissé la terre exsangue et toxique. Ses rares habitants vivent les yeux tournés vers le ciel dans l'attente de la pluie, ou vers le sol où la mort les attend. La faute au Temps Vieux dont les traces subsistent encore sous forme de micro-organismes, qui devaient faire pousser le mais plus vite et plus droit, et de monstres autonomes qui continuent à labourer une terre depuis longtemps désertée par leurs concepteurs.
    Heureusement, il y a Arsen, qui a gardé des souvenirs, un appétit d'avenir, et surtout un projet : forer le sol pour trouver de l'Eau potable sous la Malboire afin d'échapper au diktat de la pluie. Et il y a surtout Zizare, qu'Arsen a tiré de la Boue et recueilli, tout comme Mivoix, sa compagne. Il leur donne le goût de l'aventure et ne les retient pas lorsqu'ils partent, obnubilés par la rumeur d'un barrage derrière lequel se trouverait une immensité d'Eau...
    Faire route avec Zizare, c'est entreprendre la quête d'un monde qui se fonde sur une quête des mots, c'est découvrir que géographie physique et géographie psychique se répondent, c'est entendre la leçon d'une fable écologique qui se conjugue pour le lecteur au futur antérieur.

  • Approchez, approchez ! Alors que tombe la nuit froide, laissez-moi vous divertir avec l'histoire de Cuchulainn, celui que l'on nomme le Chien du Forgeron ; celui qui s'est rendu dans l'Autre Monde plus de fois qu'on ne peut le compter sur les doigts d'une main, celui qui a repoussé à lui seul l'armée du Connacht et accompli trop d'exploits pour qu'on les dénombre tous.
    Certains pensent sans doute déjà tout connaître du Chien, mais l'histoire que je m'apprête à vous narrer n'est pas celle que chantent les bardes. Elle n'est pas celle que l'on se raconte l'hiver au coin du feu. J'en vois parmi vous qui chuchotent, qui hésitent, qui pensent que je cherche à écorner l'image d'un grand homme. Pourtant, vous entendrez ce soir la véritable histoire du Chien. L'histoire derrière la légende. L'homme derrière le mythe.
    Approchez, approchez ! Venez écouter le dernier récit d'un homme qui parle trop...

empty