Editions De L'aube

  • « Edgar Morin prend la plume pour dire ce qu'est la gauche, son histoire, ses combats, ses erreurs, ses évolutions. Le célèbre sociologue dresse le portrait sans concession d'une gauche qui cherche son souffle. Il nous rappelle les valeurs qui sont celles du peuple de gauche et qu'il serait grand temps de retrouver.
    Remontant aux sources libertaires, socialistes et communistes de ce mouvement populaire, il y ajoute la nécessaire dimension écologique qui pousse plus que jamais l'humanité vers une communauté de destin.
    Comme toujours quand il fait entendre sa voix, Edgar Morin parle avec empathie pour l'homme et son devenir.
    Ses mots et ses pensées nous arrivent telles des vibrations qu'il nous revient de transformer, chacun d'entre nous, en actions lucides et responsables. » Éric Fottorino

  • Cet ouvrage rassemble pour la première fois les contributions de Lola Lafon à l'hebdomadaire Le 1, offrant l'opportunité au lecteur d'apprécier la plume et l'esprit aiguisé de la romancière sur des sujets aussi variés que la vie confinée ("Le rien et l'immensité"), Facebook ("Le loup, l'épée et les étoiles"), la gauche ("Fini de pleurnicher") ou encore le sexisme ("Le jeu de la marchande"). Avec, en prime, le portrait d'Émilie Lamotte, figure oubliée du combat pour la liberté des femmes.

  • « Pas de panique !, clame Pascal Picq, les solutions sont là. » Qu'il aborde le télétravail, la science, le vaccin, les Gafam ou la politique, qu'il traite de libertés, de démocratie, de causes essentielle, ou des élites, qu'il s'exprime sur la crise intergénérationnelle, l'innovation, l'entreprise ou le management, le paléoantrophologue passe les grands enjeux de l'époque au gril d'une règle, héritée de celui dont il est l'exégète, Charles Darwin : « chacun doit s'interroger sur les capacités à s'adapter à un monde qu'il change ».
    Chacun dans son individualité, et chacun dans sa contribution à l'oeuvre collective. Car oui, chacun est la cause et la solution d'une civilisation en danger, et jamais l'enjeu du Progrès n'a été à ce point aigu.

  • Au printemps on coupe les ailes des oiseaux Nouv.

    Le récit d'une jeunesse sacrifiée, celle des révolutionnaires égyptiens qui ont ouvert une brèche de liberté au début des années 2010 avant le retour brutal de la dictature.
    Kaouthar et Mariam sont deux femmes qui n'ont pas vocation à se croiser. Pourtant, elles ont en commun une lucidité et une soif de liberté rares.
    Kaouthar est égyptienne. Elle avait vingt ans lorsque la révolution a éclaté au Caire. Dix ans plus tard, sa vie est un rêve brisé.
    Mariam vit à Paris. Fille de parents égyptiens immigrés en France, elle a tout réussi. La révolution égyptienne réveille en elle des souvenirs enfouis, le sentiment obscur mais tenace d'être passée à côté de sa vie.
    Un matin, elle disparaît brutalement. Une enquête policière est ouverte. Antoine apprend que sa femme a fui en Égypte. Bouleversé, il se lance à sa recherche.
    Au Caire, il rencontre

  • Edgar Morin a parcouru tous les domaines du savoir, vécu intimement les extases de - l'histoire. Théoricien de la connaissance et héros de la Résistance, dissident du stalinisme et infatigable promoteur du "principe espérance", anthropo¬logue de la mort et sociologue du temps présent, Edgar Morin est un touche-à-tout universel. Comme l'illustrent les textes et entretiens présentés dans cet ouvrage qui reprend une partie des dialogues menés avec lui dans les colonnes du Monde, Edgar Morin a saisi son époque avec sagacité, su capter l'essence des événements, les inscrire dans la longue durée. Un siècle - d'existence passé dans les arcanes de l'histoire et de la connaissance lui a appris cette chose qui, dans notre "océan d'incertitudes, est loin d'être une devise - superflue?: "Attends-toi à l'inattendu".?» Nicolas Truong

  • Qu'est-ce qu'être fragile aujourd'hui ? La fragilité physique semble, a priori, mieux maîtrisée au fur et à mesure que progresse la médecine. Mais d'autres fragilités demeurent prégnantes et même s'accroissent.
    La solitude, l'exclusion, l'absence de considération, la marginalisation constituent une réalité de notre époque.
    L'individualisme, de nouvelles formes de peur, le rejet des différences, l'obligation de réussir coûte que coûte, et puis la doctrine de la perfection, participent à ce que la fragilité soit en premier lieu jugée comme un fardeau.
    Prendre conscience de sa fragilité, accepter sa fragilité, faire reconnaître sa fragilité : il est sans doute en effet d'autant plus difficile d'y parvenir à une époque où gagner, conquérir, posséder, dépasser constituent le vocable dominant.

  • Un monde de fous ! Nouv.

    « Lire Philippe Claudel ne laisse jamais indemne. L'écriture vous attrape, vous accroche, une atmosphère s'installe, d'abord familière, enfin c'est ce que vous croyez, puis elle vous plonge dans un bain d'inconfort. Une étrangeté vous saisit. Les mots se retournent, se dressent, mordent. Vous voilà mal à l'aise.
    C'est de la fiction ? Oui, assurément. Mais si vraie que vous en restez le souffle court, coeur battant. [...] Ordonnés selon les souhaits de -l'auteur, certains inédits, la -plupart parus dans Le 1 et dans Zadig, ces textes finissent par composer le portrait intime et décapant de notre époque. » Éric Fottorino Directeur de l'hebdomadaire Le 1

  • «?Le bonheur vous tombe dessus, c'est ineffable. On ne peut pas le cerner.?» Dans ce dialogue mené à bâtons rompus, plusieurs ­personnalités réagissent à cette affirmation?: «?Le seul progrès qui vaille, c'est l'accès au bonheur.?» Mais qu'est-ce que le bonheur?? Qu'est-ce que l'accès au bonheur?? Faut-il nécessairement le vouloir?? En quoi la culture influence-t-elle le bonheur ou, plutôt, le fait de se considérer comme heureux?? Et la joie, là-dedans?? La jouissance, le désir?? Le bonheur est-il collectif, individuel, peut-il être les deux?? Les points de vue se complètent et se heurtent pour nous livrer une très stimulante leçon.

  • "Une rencontre éblouissante, un échange étincelant, un message incandescent : la lumière jaillit de ce dialogue inédit entre Edgar Morin et Pierre Rabhi. Un moment de grâce, une sorte de miracle. Le sociologue et l'agroécologiste dissèquent le moment de bascule civilisationnelle auquel la ¬pandémie de ¬Covid-19 - un peu - et l'état du monde - beaucoup - convoquent l'humanité des hommes. Ensemble, ils dessinent une ¬pensée nouvelle où la poésie, l'amour et l'intelligence éclairent la voie vers un "humanisme régénéré" et une fraternité d'âme.
    Brillant. " Denis Lafay

  • « J'étais immobile de stupeur comme si la Vénus fût descendue de son piédestal et s'était mise à marcher. C'est que pour la première fois alors je sentais mon coeur, je sentais quelque chose de mystique, d'étrange, comme un sens nouveau. J'étais baigné de sentiments infinis, tendres, j'étais bercé d'images vaporeuses, vagues, j'étais plus grand et plus fier tout à la fois. J'aimais. » À 15 ans, le jeune Flaubert s'éprend de Maria, une femme mariée qu'il rencontre sur la plage de Trouville. Écrits deux ans plus tard, ces Mémoires retracent cette passion amoureuse désespérée, mais livrent aussi le regard aigu et désenchanté du jeune homme sur le

  • Jamaïque, petit village de pêcheurs. Une famille : la mère, Dolores, qui vend des pacotilles aux touristes américains. La fille aînée, Margot, qui ne recule devant rien pour avoir le droit à une autre vie. Et Thandi, encore adolescente, à la fois brillante étudiante et jeune fille en plein désarroi. Trois femmes "empêchées", à la fois d'être ce qu'elles veulent, mais aussi de faire preuve de tendresse ou de sincérité, au risque de paraître faibles. Or ce qu'elles ont de commun, c'est leur force. Avec ce premier roman, Nicole Dennis-Benn évoque tout à la fois la dynamique explosive des relations familiales et amoureuses, la sexualité, l'homophobie, la prostitution, le racisme, mais aussi la vie de la classe ouvrière jamaïcaine et l'aspect destructeur du tourisme. Un grand roman social.

  • Ce livre de Karel Capek, paru à Prague en 1929, est une véritable petite merveille, et non un "pensum" d'horticulture comme son titre pourrait le faire croire. En effet, il suffit de regarder les quelques dessins de Josef Capek - le frère de Karel - qui font partie intégrante de l'oeuvre, pour saisir tout l'humour, la tendresse et l'originalité de l'ouvrage.
    Fleurs et plantes sont bien présentées avec la rigueur du spécialiste, mais un spécialiste qui est aussi poète : et qui mieux que le poète peut nous faire sentir les fleurs, humer la terre et respirer la beauté d'un jardin ? Mois par mois, tel un almanach, Karel Capek nous propose de saisir notre jardin à pleines mains, pour en faire notre paradis !
    Pour la première fois, ce texte est édité en belle édition cartonnée.

  • Si l'on en croit la plupart des intellectuels et des commentateurs, la France serait au bord du précipice. Et chacun, évidemment, de proposer sa potion magique pour enrayer la catastrophe annoncée. À l'autre côté du spectre, les dirigeants actuels nous disent que nous sommes un grand peuple et que nous allons retrouver notre splendeur perdue. Or, en réalité, nous ne sommes ni dans les premiers ni dans les derniers de la classe. Est-ce grave ? Et les Français, qu'en pensent-ils ?
    La thèse des auteurs de ce livre est que ce n'est pas le déclin qui nous menace, mais l'obstination à perpétuer un lyrisme hexagonal qui ne correspond plus ni à la réalité, ni à l'époque. Ils proposent un nouveau récit national, plus conforme à notre place réelle dans le monde et à nos aspirations.

  • Juger la terreur : le procès des attentats de janvier 2015 Nouv.

    "De nombreux thèmes discutés âprement et passionnément lors de ces 49 jours sont des objets de litige dans notre société : la liberté d'expression, le blasphème, les identités, le racisme et l'antisémitisme, les relations entre politique et religion, la violence confessionnelle, la violence politique sous la forme d'actes terroristes, la place et le rôle de l'islam dans les sociétés modernes sécularisées, etc. Sans oublier toutes les formes de violences exercées par les pouvoirs d'Etat.
    Il ne fait aucun doute que ce procès fait époque, qu'il est un signe des temps présents. Il nous indique que l'heure est à la domination des causes sans restriction, ces causes que l'on mène jusqu'au bout, totalement, avec pour seul motif d'abaisser avant d'anéantir sans recours des femmes et des hommes."

  • Parler d'amour dans la langue de Molière Nouv.

    Une quarantaine de citations autour de l'amour, extraites des pièces de Molière, très connues comme Dom Juan ou Le Misanthrope, ou moins connues comme La Princesse d'Élide ou Dom Garcie de Navarre.
    Un classement thématique :
    « Je suis amoureux... » (la déclaration d'amour), « En amour comme en guerre... » (l'amour est un combat) « Quand deux coeurs s'aiment bien... » (l'amour heureux) « Si vous réduisez au désespoir... » (l'amour malheureux) « Il est bien difficile d'être fidèle... »

  • Nous sommes aux premiers jours de l'année 1970, et pourtant rarement un roman de Kris Nelscott n'aura semblé aussi actuel. Smokey Dalton, alerté par son fils Jimmy, retrouve dans un hôtel sordide celle qu'il considère comme sa nièce, la jeune Lacey, treize ans. Elle a été violée et battue. ­Dalton n'aura alors plus qu'un objectif en tête?: démanteler le réseau de prostitution et d'esclavage qui sévit dans cet hôtel depuis des années, attirant les jeunes filles ­scolarisées à l'école ­voisine, dans un quartier noir de Chicago. Comme chaque fois, Nelscott frappe juste pour dénoncer l'atrocité des inégalités raciales et le silence assourdissant des ­autorités. Surtout quand les victimes sont des filles.

  • « Gioconda est un de ces «petits» livres que l'on n'oublie pas de sitôt. Dans la Grèce de la Seconde Guerre mondiale, deux adolescents vont découvrir la magie du désir et de l'amour. La tourmente de la guerre emportera cet amour mais ce livre nous le restitue avec une force, une vérité extraordinaires et nous gardons longtemps au coeur sa lumière. » Marie-Jo Sotto-Battesti, librairie Goulard, Aix-en-Provence

  • "Attention, lecture addictive ! On n'envoie pas impunément la balle de l'actualité à une philo-sophe véloce comme Adèle Van Reeth. Elle vous la renvoie avec une puissance et une érudition jamais dénuée de fantaisie, qui chaque fois vous emportent et vous emplissent de gratitude autant que de gai savoir. On n'imaginait pas - même si on s'en doutait un peu, à la longue... - qu'en la mettant au défi de philosopher sur, dans le désordre, le sport, les jeunes, les femmes, le pétrole, l'opinion ou encore ces fous d'Anglais ou cette étrange madame Merkel, qu'elle nous saisirait chaque fois par tant de profondeur [...
    ] Maintenant, bon voyage, Adèle Van Reeth a de bonnes nouvelles pour nous. Avant que d'apprendre à mourir, les philosophes nous aident à vivre." Eric Fottorino Directeur de l'hebdomadaire Le 1 Productrice et animatrice des Chemins de la philosophie sur France Culture, Adèle Van Reeth est philosophe. Elle anime également D'Art d'Art sur France 2. Elle est notamment l'auteure de La vie ordinaire (Gallimard, 2020).

  • J'assumerai toute la responsabilité?» et autres «?J'irai jusqu'au bout pour rétablir mon honneur?» font partie de ces phrases que les élites politiques mobilisent lorsqu'elles sont mises en cause par la justice. Que veulent-elles dire?? Ont-elles encore un sens?? Cet essai se propose de décrypter les registres de défense habituellement utilisés par les hommes politiques?: jouer la montre, être droit dans ses bottes, solliciter son réseau, poursuivre en diffamation ou reconnaître une partie des faits...
    Cet essai passionnant décortique les réactions de politiques mis en cause et montre combien ces discours de défense relèvent de la mise en scène savamment orchestrée. Édifiant?!
    Mahaut Fanchini est maîtresse de conférences à l'uni¬versité et chercheuse rattachée à l'Institut de Recherche en Gestion de l'UPEC.

  • "La crise sanitaire a autant affecté notre santé que notre intimité. La présence de la maladie a aussi bien exacerbé nos failles et nos fragilités que révélé certaines ressources cachées, et forces insoupçonnées. Le confinement a fragilisé les corps, mais aussi touché les coeurs, suspendu les libertés et bouleversé nos sensibilités. La sidération, la peur, la claustration, l'incertitude, la vulnérabilité, l'attente, la solitude mais aussi la solidarité et la sollicitude ont scandé ces moments de rupture, d'élans et d'abattements.
    La crise a perturbé le délicat équilibre entre le contact et la distance. La pandémie a chambardé l'économie, mais elle s'est également immiscée dans les plis de nos vies." Nicolas Truong

  • Initiateur de nombreuses actions vouées à l'écologie, Pierre Rabhi participe à l'indispensable conciliation de l'histoire humaine avec la réalité naturelle, seule garante de la survie de tous. Selon lui, la crise qui affecte la planète n'est pas structurelle, économique, écologique ou politique, mais avant tout profondément humaine. Il pense que notre modèle d'existence est erroné et qu'un nouveau paradigme replaçant l'humain et la nature au coeur de nos préoccupations - et l'économie, la technologie, la science à leur service - est indispensable et urgent. Après avoir mis sa propre vie en conformité avec ses convictions, il personnifie à travers ce texte l'homme public qu'il est devenu chemin faisant, en sensibilisant, en témoignant, mais aussi en incarnant les alternatives qu'il propose.

empty