L'atalante

  • Ce roman commence par une scène de torture digne d'un film noir, très noir...
    Laissé pour mort par des tueurs à la recherche d'une femme mystérieuse, Kovall, chef de la police d'une petite planète, se « reconstruit », change d'identité et mène, la rage au ventre, une enquête afin de découvrir pour qui oeuvraient ses bourreaux, dans l'intention ferme de se venger.
    De planète en astéroïde, de vaisseau en arcologie, il découvre peu à peu une conspiration d'envergure cosmique dont l'enjeu est la maîtrise de la Galaxie.
    Laurent Genefort, toujours aussi brillant quand il s'agit de décrire l'espace et ses lois, a repris dans ce roman le canevas narratif du Comte de Monte-Cristo dont on sait la redoutable efficacité.

  • Dans le contexte du réchauffement climatique, un conflit est né en Europe entre des ingénieurs réunis sous la bannière du Consortium et des groupes écoterroristes de la Coop. Cette guerre dure depuis près de vingt ans, suite à un incident appelé « le crime du siècle ». Chaque camp a développé ses propres armes : des animaux-robots pour les ingénieurs, des plantes mécanisées pour les écologistes.
    La Tchaïka, que pilote Natalia, abrite une bande de cosaques qui récupèrent des pièces détachées après les combats et dont la philosophie se résume à cette maxime : « Nous sommes des contrebandiers, des gens qui refusent d'appartenir à un camp au nom de notre choix d'emmerder le monde. » Un soir, sur un champ de bataille, ils tombent sur un inconnu amnésique au comportement étrange.
    Cette découverte leur fera traverser l'Europe à la recherche du passé de l'homme qu'ils ont accueilli et des germes du futur.

  • La nuit disparaît. La Terre s'assèche, les humains s'évitent.
    Un flic, Thomas, et une adolescente, Sophie, se mettent en route vers le sud. Pour aller où ? À quelle fin ? Peu importe, ils sont vivants, ils avancent, dans ce monde désormais vide et aveuglant.
    Peu à peu Thomas laisse derrière lui une tombe sur un rond-point et une maison en cendre, passe la frontière espagnole et espère ne plus croiser personne...
    C'est une « presque fin du monde » où la nuit cesse et où le jour continuel rend fou.
    Dans ce roman envoûtant à mi-chemin entre le road movie de la littérature générale et le post-apocalyptique du roman de SF, la violence le dispute à l'humour noir. Le lecteur, happé par l'écriture et le rythme du récit, vit une empathie sensorielle et émotionnelle avec Thomas. On ressent avec lui le froid, le chaud, les odeurs, l'horreur, alors que seule la vision nous est donnée. Thomas est « nos yeux », nous sommes ses autres sens.

  • L'étau se referme... Dans ce septième et dernier tome du Sang des 7 rois, la menace qui plane au-dessus des sept royaumes se concrétise. Maddox dispose désormais des informations nécessaires à l'envahissement de la planète et des ressources qui lui faisaient défaut. L'avance technologique dont il dispose et la division de ses ennemis posent les bases d'une chasse à l'homme dont Jahrod est le gibier. Mais rien ne presse...
    Méthodiquement, il rabat les rescapés des rafles de Lothar et des luttes intestines, massacrant et poussant la population résiduelle vers la crête qui constituera son ultime refuge, illusoire. MC10, l'ordinateur militaire du vaisseau, a calculé qu'en concentrant les survivants, Jahrod finirait par se révéler au grand jour pour sauver ce qu'il reste d'humains. Mais un obstacle demeure.
    Est-ce l'évolution génétique ? Est-ce du fait de Jahrod et de son code décrypté ? Maddox l'ignore, mais le doute n'est plus permis : les pilotes qui vivent sur cette planète sont surpuissants et Fletcher, celui qui travaille depuis des siècles au service de Maddox, ne fait pas le poids.
    Orville, Rosa, Sylvan, Pétrus et les autres protagonistes poursuivent leurs quêtes personnelles, réalisant peu à peu la nature réelle du danger. À mesure de leur prise de conscience, les diverses factions jadis rivales se concentreront pour tenter de survivre tandis que, sous la puissance de feu de Maddox, le monde s'enfonce inexorablement dans le chaos et la ruine.

  • Une étrange bulle blanche d'une cinquantaine de mètres de diamètre est découverte un jour dans une bourgade de l'ouest de la France. Elle attire et capture Léo, trois ans, le fils d'Élodie. D'autres bulles apparaissent, grossissent, et l'humanité échoue à les détruire. Leur activité magnétique de plus en plus importante perturbe les réseaux électriques et numériques, entraînant une régression technologique sans précédent. Seule l' « absorption » de jeunes enfants semble ralentir leur expansion... La peur de disparaître poussera-t-elle l'humanité à promulguer la loi d'Isaac ? Mais peut-on élever un enfant en sachant qu'il vous sera arraché à ses trois ans ? Camille, qui a elle-même perdu un fils, et son ami Basile, d'origine malienne - ufologue de son état - vont essayer de percer le mystère des dames blanches afin d'éviter le retour à la barbarie.
    Un livre poignant, dans lequel Pierre Bordage donne toute la mesure de sa passion pour les grands mythes fondateurs de l'humanité et sa haine des fanatismes.

  • Dans les contreforts de l'inaccessible chaîne de montagne des Crêtes, un fait divers bouleverse la vie d'un homme. Deux jeunes adolescents ont été enlevés. Ils ne semblaient pas présenter d'intérêt particulier, mais les moyens pour mettre au point ce rapt sont considérables.
    Un sergent nommé Orville reçoit du vicomte de Hautterre l'ordre de suivre les ravisseurs. Il se voit attribuer un rang des plus élevés dans la hiérarchie du premier royaume, ainsi que les pleins pouvoirs. Sa mission consiste à reporter dans un livre ses constats et ses impressions sur le mode de vie et l'itinéraire des fuyards.
    Il ne doit à aucun prix chercher à les rattraper, ni à récupérer les adolescents.

  • Chronique de Tramorée t.2 ; Syfron Nouv.

    Sorciers, démons, héros déchirés, amazones intrépides, cités inouïes, campagnes militaires, manoeuvres politiques, passions dévorantes, mystère, honneur et fourberie, Javier Negrete maîtrise tous les registres de l'épopée fantastique et les anime avec une furia qui n'appartient qu'à lui. Mais ce qui le distingue dans ce domaine où les Anglo-Saxons font référence, c'est sa profonde culture gréco-romaine, source d'une mythologie différente.
    Syfrõn et Atagaïre portent à des hauteurs nouvelles l'épopée commencée dans Zémal.

    Derguin Gorion a conquis l'épée de feu, Togul Barok est mort, Kratos May a rejoint la Horde Rouge, Tramorée est en paix. En paix ? Bien sûr que non.
    Une météorite est tombée dans le Nord, empoisonnant les terres. Dans le Sud, les hordes aïfolu se sont rassemblées sous la houlette d'un nouveau messie qui prêche la guerre sainte au nom d'un dieu innommable.
    La Chronique de Tramorée se fait plus sombre avec Syfrõn et Atagaïre. On suit alternativement Kratos May, blessé à l'épaule, et Derguin, réfugié dans la cité démocrate de Narak, où il forme une troupe de guerriers, hanté par le souvenir de Mikhon Tiq - il veut à tout prix libérer l'esprit de son ami, sa syfrõn, qui lui fut dérobée par l'ensorceleur Ulma Tor...

  • Au reveil il était midi Nouv.

    Un étranger craignant une reconduite à la frontière, prêt à mourir en sautant de l'immeuble.
    Un enfant qui rêve de cellule de soutien psychologique.
    Un vieil homme qui voit d'un mauvais oeil les jeunes du quartier répéter leur rap dans l'immeuble.
    La longue errance d'une femme au fil des structures sociales censées l'aider.
    Une note de l'observatoire de veille sanitaire établissant l'étiologie d'une nouvelle maladie chez les employés du service public, entre paranoïa et schizophrénie.
    Un jeune homme considéré comme pré-délinquant avant sa naissance.
    Aux textes touchants du début font place des histoires plus rugueuses, plus inquiétantes, voire grinçantes. La dernière phrase du recueil, où le protagoniste espère qu'il va se réveiller, renvoie au titre, bouclant en quelque sorte la boucle de cette dérive progressive vers un avenir incertain. Le titre est emprunté à un poème de Rimbaud, Aube, dans « Les illuminations ».

  • Chronique de Tramorée t.3 ; Atagaïre Nouv.

    Sorciers, démons, héros déchirés, amazones intrépides, cités inouïes, campagnes militaires, manoeuvres politiques, passions dévorantes, mystère, honneur et fourberie, Javier Negrete maîtrise tous les registres de l'épopée fantastique et les anime avec une furia qui n'appartient qu'à lui. Mais ce qui le distingue dans ce domaine où les Anglo-Saxons font référence, c'est sa profonde culture gréco-romaine, source d'une mythologie différente.
    Syfrõn et Atagaïre portent à des hauteurs nouvelles l'épopée commencée dans Zémal.

    Derguin Gorion a conquis l'épée de feu, Togul Barok est mort, Kratos May a rejoint la Horde Rouge, Tramorée est en paix. En paix ? Bien sûr que non.
    Une météorite est tombée dans le Nord, empoisonnant les terres. Dans le Sud, les hordes aïfolu se sont rassemblées sous la houlette d'un nouveau messie qui prêche la guerre sainte au nom d'un dieu innommable.
    La Chronique de Tramorée se fait plus sombre avec Syfrõn et Atagaïre. On suit alternativement Kratos May, blessé à l'épaule, et Derguin, réfugié dans la cité démocrate de Narak, où il forme une troupe de guerriers, hanté par le souvenir de Mikhon Tiq - il veut à tout prix libérer l'esprit de son ami, sa syfrõn, qui lui fut dérobée par l'ensorceleur Ulma Tor...

  • Orville quitte la crête, décidé à enlever Armine de Vallade dont il est amoureux, mais il apprend qu'elle a été emmenée par les Gardiens sur l'île du Goulet. Alors qu'il tente de la sauver et de détruire la substance qui sublime la force des Gardiens, il est happé par le courant, sans espoir de retour. Orville trouve des moyens de survivre en haute mer où il développe enfin la pleine mesure de ses pouvoirs : son bateau ayant coulé, le voyage se termine sur une route de glace qu'il fabrique à mesure de son avance. Quand il rejoint la terre, il fuit à travers la Crête de l'Est, où il rencontre Rosa, dont une partie des compagnons ont entrepris de créer un ordre militaire et de fédérer les réseaux de rebelles. Les hommes, les rebelles et les mages doivent unir leurs forces.
    Le temps de la guerre est venu...

  • La famine est partout et la ruine guette le monde, symbole morbide de la faillite d'un système politique basé sur le très court terme : celui de Lothar.
    Toujours aussi peu conscients des enjeux réels qui menacent leur monde, les personnages phares des tomes précédents poursuivent leur chemin...
    Mais les fantômes de Lulius Never et de Sébélia pèsent comme une ombre sur la vallée hantée.
    Peu à peu, au contact des deux mages disparus, Orville comprend qu'il est l'héritier en ligne directe du roi maudit.
    - Sylvan, au nord, continue de participer à la conquête d'un cinquième royaume affaibli.
    - Aldemond et Aléïde tentent de rejoindre l'archipel du Goulet.
    ... alors que Maddox, un industriel venu d'un autre monde avec mille huit cents ans d'avancées technologiques, se met en orbite autour de la planète et en prépare l'invasion. Ce coûteux et interminable voyage ne sert qu'un but : récupérer le code ouvert de Jahrod pour accéder à l'immortalité et créer une armée de pilotes surpuissants qui lui offriront les clés de l'univers habité.
    Jahrod qui vient juste de se procurer l'énergie nécessaire à la remise en marche d'un antique laboratoire, sera-t-il de taille à vaincre Maddox ?
    Dans cet avant-dernier volume de la série, l'histoire « médiévale » de l'origine du sang bleu croise plus clairement encore les chemins de la science-fiction. L'histoire des mystérieux pilotes, dont l'autorité semblait supplanter celle du dictateur en place, Lothar, a commencé d'émerger de façon plus nette au volume 5 avec le personnage de Jahrod, à l'arsenal technologique étonnant. Et sur fond de combats, présents et à venir, on en apprend un peu plus sur la peuplade qui occupait la planète à ses origines, les draks.

  • Orville reprend la mer pour rejoindre Oldarik, un mage puissant et colérique, sur lequel les rebelles comptent pour le former, tandis que Rosa et les siens, au cours de leur fuite éperdue à travers déserts et montagnes, rencontrent une civilisation cachée. Il s'agit des survivants de la purge pratiquée par les hommes quatre cents ans auparavant dans la Crête.
    Du côté de Hautterre, le vicomte succombe sous les mauvais traitements infligés par le capitaine-ambassadeur-militaire qui les a asservis, mais sa femme Aléïde survit, recueillie par un homme qui vit reclus au plus profond des bois avec son chien Rhombus.
    C'est un Compagnon du Verrou, un guerrier qui possède le savoir des poisons.
    Sur l'île du Goulet, le Gardien Aldemond poursuit le déchiffrage de l'ancienne langue et apprend ce qu'est devenue l'épée du roi Kradath : elle a été fondue et son métal utilisé pour en faire sept poignées d'épée, une pour chaque royaume, gardées dans les niches des chambres royales du fort du Goulet. Orville, dans sa fuite, est parti avec celle qui revenait au premier royaume...

  • Tout au nord, à l'issue de la bataille tant attendue par les rebelles, les sept royaumes retrouvent un nouvel équilibre dans un monde en ruine. Tous ceux qui ont oeuvré pour renverser le pouvoir en place sont à la dérive. Orville dans l'océan extérieur, celui dont on dit, non sans raison, qu'il est sans retour. La compagnie du Verrou ne subsiste plus que dans de maigres poches de résistance et dans l'errance sans but de ses membres. Quant à Rosa, elle s'enfonce toujours plus loin dans le désert à la recherche de Sébélia, la mage mythique.
    Lothar, le général de la Garde, a-t-il réussi ?
    L'intérêt du lecteur est soudain happé par un personnage mystérieux, perçu jusque-là comme l'un des trois « maîtres » de Lothar, agissant en sous-main et obsédés par la recherche de titane. Ledit Jahrod - un pilote ? - parvient à réparer un modeste astronef...
    L'histoire se dédouble alors, promettant une nouvelle tension, et un combat sans merci entre fantasy classique et science-fiction.

  • Orville a rejoint Léo et Pétrus dont la mission est de libérer l'odieux marquis de Vallade, Rosa est ensablée dans le désert du Jourd, et Rouault fait le plus difficile des choix : intégrer un convoi d'esclaves pour infiltrer la crête et ses secrets. Quant à Aléïde, la femme du marquis de Hautterre, elle avance sur le chemin de la vengeance en devenant Compagne du Verrou.
    Lothar, le général de la Garde, continue, lui, de placer ses gens sur l'échiquier d'une réorganisation politique dont il espère rester le maître. Que restera-t-il bientôt du système féodal vieux de huit siècles ? Quel nouveau modèle social pourra se construire ?
    L'archipel du Goulet sera-t-il le dernier espace où les hommes pourront vivre libres ?

  • Le jeune ethnolinguiste Zaslo Merticant débarque sur Gigante depuis la lointaine Azadée, en quête des mythiques géants dont une expédition aurait exhumé les squelettes des siècles plus tôt. Dans le but, également, de tuer son père, qui l'a abandonné avant même sa naissance...
    Mais comment exercer une vengeance sur une planète dix-huit mille fois plus volumineuse que la Terre, où tout voyage est à sens unique ? Comment même voyager sur un monde parcouru de sphères incandescentes et d'orages électriques d'une rare violence ?
    C'est l'histoire d'un apprentissage, celui d'un monde aux colères destructrices. Il passe par le cheminement de Zaslo vers l'apaisement intérieur jusqu'à la découverte de son rôle fondamental pour l'avenir des peuples humains disséminés sur Gigante.
    Un planet opera... gigantesque.

  • Depuis trois cents ans, le navire-école Melkine parcourt la Galaxie, solitaire et vénéré, son algorithme de positionnement tenu secret.

    En 2400 de notre ère, considérant que c'était la seule issue pour l'espèce humaine, une flotte de 1 643 navires interstellaires, des vaisseaux-villes, a emmené de point de Lagrange en point de Lagrange des communautés terriennes qui avaient subi un conditionnement culturel les condamnant à oublier le passé. Ils ne devaient penser qu'au futur.
    Et quand tous ces navires eurent fini de débarquer leurs passagers de planètes en planètes, il fut prélevé un morceau de chaque vaisseau pour participer à la construction d'un nouveau bâtiment, symbole de cette Flotte unie et mémoire de l'histoire migratoire et pré-migratoire : le navire-école Melkine.
    Mais on n'arrête pas le progrès... Le conditionnement culturel, garant de paix, est contrecarré par le développement de fréquences de communication.
    L'une d'entre elles, Banquise, a décidé de s'y attaquer ouvertement et de libérer les peuples de l'emprise mythique du Melkine.
    À la tête de Banquise règne Azuréa, dite la technoprophète, qui n'a de cesse sur son vaisseau, Turandot, d'intercepter le Melkine dont elle n'a que la signature radio. Cette guerre que mène Azuréa contre le Melkine trouve sa source dans le fait qu'elle n'a pu intégrer le vaisseau comme élève. La jeune fille a alors jeté toutes ses forces dans sa volonté de conquête.

    Une tragédie en trois actes, qui a pour héros un navire :
    Le Melkine.
    La mort du Melkine.
    L'esprit du Melkine.

  • David Weber a plusieurs talents : l'art de camper des personnages féminins hors du commun ; celui de construire un scénario de combat spatial vraisemblable et qui ménage un suspens à couper au couteau.
    Ainsi le capitaine Alicia DeVries, du Cadre impérial, survit contre toute raison à la destruction de son monde natal et au massacre de sa famille au cours du raid de mystérieux pirates. Et elle ne vivra plus que pour la vengeance.
    Mais qui l'a sauvée ? Pour quelle rétribution ? Dans la longue quête qui doit la mener aux têtes pensantes d'un gigantesque complot contre l'Empire, mise au ban de la Flotte, confrontée à des trafiquants de tout poil, Alicia découvrira ce qu'il en coûte d'emprunter la voie des Furies.

  • Jake Sullivan et les chevaliers du Grimnoir, à bord du dirigeable la Voyageuse, avec un équipage de pirates de l'air, entreprennent une mission suicide pour affronter l'ennemi. Mais leurs pouvoirs combinés ne sont-ils pas dérisoires devant pareil ennemi ? Seule peut-être la jeune Faye Vierra serait à la hauteur...
    C'est dans la cité libre de Shangai que se tiendra la bataille décisive.

  • Alors que sur le plan géopolitique la menace représentée par l'Ennemi évolue dramatiquement, au point que les plus étonnantes alliances voient le jour, les tentatives de l'Imperium de retourner la société américaine contre les « actifs » ont réussi.
    Au point même qu'une agence a été montée pour les contrôler, avec à sa tête Crow, un homme dangereux pour ses ennemis, et pour ses amis. Nos chevaliers du Grimnoir sont donc confrontés à la pire des situations : l'hostilité grandissante de la population et la vindicte de l'ensemble de l'appareil de l'État.

  • Rude début de carrière pour le capitaine de frégate Honor Harrington, de la flotte royale de Manticore. Ayant humilié un haut gradé lors d'un exercice, elle se voit chargée, pour sa première affectation de commandant de bord, d'assurer seule la police du système lointain de Basilic, avec un vaisseau hors d'âge à demi désarmé et un équipage qui la rend responsable de son exil. Or une puissance hostile a des visées sur Basilic, terminus d'un "trou de ver", porte du voyage instantané, et fomente une machination complexe pour s'en emparer...
    Marine de l'espace, affrontements dans les étoiles, le cycle d'Honor Harrington adapte la grande tradition du roman d'aventures de mer à la science-fiction. Par la cohérence technologique de son univers et la précision du récit, David Weber y renouvelle le space opera classique avec une rare virtuosité.

  • Jake Sullivan, vétéran de la dernière guerre mondiale, est un détective privé au passé de truand.
    Il doit la liberté à ses pouvoirs magiques - qui lui permettent de manipuler la gravité. Il a l'obligation de mettre ses pouvoirs à la disposition du Bureau d'Investigations à chaque fois qu'une enquête est liée au surnaturel.
    Alors que sa dernière mission tourne mal il est confronté aux véritables enjeux géopolitiques d'un monde où toutes les grandes puissances cherchent à s'approprier l'équivalent « magique » de la bombe atomique. Jake sera alors la parfaite recrue pour la société secrète du Grimnoir - police, juge et bourreau des « actifs », abusant de leurs pouvoirs.

  • Un médicament « miracle » Six personnages résistants Douze chapitres sous forme d'ordonnance Quand le médical, la justice et l'école sont mis en danger, c'est la démocratie qui trinque.

    Régis, dernier de classe, devrait prendre de la Métaquine ® . Le médicament change les enfants à problèmes en écoliers modèles, assure son fabricant, la multinationale Globantis, leader mondial du com- merce des psychotropes. Des tests psychologiques (sponsorisés par la firme, bien sûr) désigneront bien- tôt les élèves qui pourraient bénéficier du traitement.
    Régis fera sûrement partie du lot.
    Curtis, qui préside aux destinées de la Métaquine, est aux anges. Depuis que le produit transforme les collèges en pépinières de forts en thème, la cote boursière de Globantis ne cesse de grimper. D'autant plus qu'on vient de découvrir à la molécule des vertus nouvelles et prometteuses.
    Cet optimisme a de rares détracteurs, comme Clo- tilde, qui milite contre l'usage de psychotropes dans les écoles, ou Sophie, neuroscientifique à la retraite et rebelle incorrigible. Mais que peuvent ces idéalistes face au géant de la pharma ? Dénoncer les études biaisées, les vantardises publicitaires ? Peine perdue, le mensonge est entré dans les moeurs.
    Si au moins Régis pouvait compter sur ses proches.
    Mais sa mère, Aurélia, est une cybertox enkystée nuit et jour sous un casque d'immersion. Quant à son beau-père, Henri, il ne rentre du boulot que pour ru- miner des fantasmes de tueur en série en feuilletant d'abjects tabloïds.
    Régis n'a qu'un refuge : les rêves. Les rêves qui superposent au réel des bêtes fantastiques, des châ- teaux, des compagnons de jeu invisibles. Les rêves ouvreurs de portes, changeurs d'univers, dompteurs de monstres, passeurs de consciences. Les rêves plas- tiques, quantiques, magiques.
    Des rêves sans limite que la Métaquine ® étouffera bientôt.

  • La saga d'Honor Harrington est sans conteste la plus grande entreprise de space opera militaire et galactopolitique jamais imaginée. Autour du personnage d'Honor Harrington, de son premier commandement de vaisseau vers les plus hautes fonctions du royaume et de la flotte de Manticore, c'est tout un univers de conflits stellaires qui se développe avec un soin du détail et de la nuance exceptionnel.
    Après la bataille de Manticore, l'Empire stellaire a pour ainsi dire guerre gagnée contre la République de Havre, mais encore faudrait-il aller chercher la victoire au coeur du domaine ennemi. Or un nouveau front risque de s'ouvrir dans le Quadrant de Talbot, où les relations entre Manticore et la Ligue solarienne ne cessent de se dégrader. Honor est donc envoyée en mis- sion à La Nouvelle-Paris pour y négocier une paix de compromis. Mais un plus grave danger guette encore sa nation : le mystérieux et redou- table Alignement mesan, dans le plus grand secret, va frapper ce qui pourrait être un coup fatal... Entre les opérations militaires, les négociations de puissances stellaires, les intrigues, calculs politiques et manoeuvres de propagande, le monde d'Honor Harrington bascule vers un avenir pour le moins incertain.

  • La saga d'Honor Harrington est sans conteste la plus grande entreprise de space opera militaire et galactopolitique jamais imaginée. Autour du personnage d'Honor Harrington, de son premier commandement de vaisseau vers les plus hautes fonctions du royaume et de la flotte de Manticore, c'est tout un univers de conflits stellaires qui se développe avec un soin du détail et de la nuance exceptionnel.

    Si tu veux la paix, prépare la guerre. La nou- velle République de Havre l'a compris : pen- dant les négociations, elle continue secrètement d'étoffer sa flotte en construisant des unités modernes. Sur Manticore, en revanche, l'heure est aux coupes sombres dans le budget de la Spatiale. On met les héros de la guerre au pla- card et l'on fait courir des rumeurs scandaleuses sur Honor et l'amiral de Havre-Blanc.

    L'aveuglement et l'arrogance de la coalition au pouvoir risquent de faire éclater l'Alliance et mettent en péril le Royaume face à la République de Havre et à l'Empire andermien. Seuls les Graysoniens restent lucides. Alors qu'on court à la catastrophe, Honor et l'escadre du Protecteur formeront le dernier rempart.

empty