Natalie-Ann Roy

  • Luxure, nom féminin : comportement de quelqu'un qui se livre sans retenue aux plaisirs sexuels.

    Les codirectrices de Libérer la colère poursuivent leur relecture libre et féministe des péchés capitaux en s'attaquant cette fois à une bête redoutable : le sexe. Qui a dit que la libération sexuelle des années 1970 avait vraiment «libéré» notre sexualité ? Est-ce que le devoir conjugal n'appartient qu'à la génération de nos grands-mères ? Comment se fait-il que le fossé orgasmique soit encore si profond?

    De l'asexualité au BDSM, du polyamour au consentement enthousiaste, ces textes culottés réclament haut et fort une nouvelle révolution sexuelle, une réinvention de nos rapports intimes. Si le privé est politique, la sexualité est la clé de voûte de véritables rapports égalitaires. Nous réclamons le droit à la jouissance complète de nos vies. Si dans Libérer la colère nous disions être des féministes frustré·e·s, nous constatons dans Libérer la culotte que nous sommes aussi mal baisé·e·s.

  • Ce livre est une vague. Il a émergé au fil des récentes dénonciations, celles qui n'ont pas fini de secouer tous les milieux pour en révéler la violence sexuelle cachée. Au départ, Geneviève Morand et Natalie-Ann Roy, deux amies ébranlées par l'accumulation des révélations, écrivent ensemble pour partager les contrecoups. Ce qui leur saute alors aux yeux, c'est une immense colère accumulée. Une colère cachée, qu'il faut taire pour préserver les apparences d'harmonie. Mais une fois révélée, la colère ne se laisse plus endiguer. Que se passerait-il si les victimes de violence laissaient cette colère courir? C'est ce qu'elles décident de faire en invitant à la libération un large groupe de femmes. Elles sont nombreuses à avoir répondu présentes, à unir leurs témoignages, leurs coups de gueule et leurs réflexions sur diverses formes d'agressions. Pour ne plus rester seules avec le poids de la paix ou du désastre, et chercher soulagement dans la solidarité et la parole.

empty