Rayons de Soleil Levant

  • Comment découvrir ou redécouvrir le Japon? Comment comprendre ce pays complexe où cohabitent harmonieusement tradition et modernité? Car au-delà de sa gastronomie qui a traversé les frontières, de la fameuse cérémonie du thé, de son cinéma actuel et passé, de la figure du samouraï ou celle de la geisha, que savons-nous réellement de tout ce qui fait le quotidien des Japonais et participe à définir l'identité profonde du Japon?
    À travers près de 100 notions essentielles, l'écrivain japonais Yutaka Yazawa livre une analyse à la fois fine et limpide de ce qui fonde l'esprit du Japon. Depuis l'histoire de ses grands principes philosophiques et esthétiques, jusqu'aux pratiques culinaires ou artistiques d'aujourd'hui, cet ouvrage lève le voile sur ce qui régit la vie quotidienne de la société japonaise. Principe du wabi-sabi, saveur umami, art du haïku, secrets de longévité, préparation du bento... un véritable guide pour partir à la découverte d'un pays fascinant à l'art de vivre unique.

  • yahho Japon !

    Eva Offredo

    Tsuyu vit à côté d'un champ de sarrasin, Chawan a toujours aimé les bols, Wan Wan est une petite fille de samouraï, Shikiri aimait bien les bagarres avec son petit frère, Kodomo vit avec très peu de choses... Avec Uchimizu, Moso et Higasa, ces 8 femmes japonaises nous parlent simplement de leurs passions et de leurs vies. Elles nous racontent leur parcours, leur enfance, leur lieu de vie ainsi que le métier qu'elles ont choisi.
    Des métiers méconnus et riches de traditions en lien avec la gastronomie, l'artisanat populaire, la science, la poésie, la santé, le sport ou encore l'art contemporain. Les illustrations invitent au voyage et des petits détails apparaissent à chaque lecture de ces histoires qui nous montrent que l'extraordinaire n'est pas loin, à la portée de toutes et de tous. Un album BD et documentaire qui parle de l'importance d'être soi-même, de croire en ses goûts, d'écouter son intuition et d'aller de l'avant.

  • « Matin de printemps - / mon ombre aussi / déborde de vie ! ».

    Bashô, Buson, Issa, Chiyo-ni, Ryôkan, Shiki, Sôseki... Autant de grandes plumes japonaises réunies dans ce recueil de haikus. Un recueil où éclosent, dans la brièveté d'usage de cette forme, quelques superbes épiphanies propres aux deux belles saisons : le printemps et l'été.

    Plus de 200 poèmes-tableaux, où se croisent, aux lisières de l'invisible, cerisiers en fleur, nuits d'été et autres pluies printanières.

  • La maison, engagement intime, résonne au plus profond de notre être comme l'expression d'un lieu où l'on se sent bien. C'est par la dimension sensible de l'habiter que l'espace va pouvoir correspondre à cette quête de spiritualité qui touche aujourd'hui la maison occidentale. Les 20 maisons présentées ici illustrent comment les Japonais, sur des parcelles exiguës, ont su créer des espaces de vie riches et variés, entre dedans et dehors, entre intimité et ouverture sur la ville, pour o. rir des lieux où l'art d'habiter répond aux besoins de vivre une certaine présence au monde. En o. rant une approche sensible de ces espaces, ces exemples permettront d'expérimenter la manière dont est vécu l'espace au Japon et de s'inspirer de solutions d'aménagement spécifi ques aux petites surfaces.

  • Le concept de ma est une modalité essentielle de la culture japonaise. Ma se définit comme un intervalle. Un temps, un espace envoûtant s'ouvre entre une chose et une autre. Ma est à la fois ce qui sépare une chose de l'autre et ce qui les réunit. Il devient alors aida, l'entre. Aida est ce point de contact qui crée le lien. Cette fracture qui en même temps relie donne leur saveur à la poésie, à la musique, au cinéma et au théâtre, à la cérémonie du thé, à la relation au sein du corps social... Ainsi ce livre se présente-t-il comme un voyage où la rencontre avec une autre culture, une autre langue, conduit à réfléchir sur soi-même.

  • Les fameux carnets que Nicolas Bouvier tint pendant son séjour au Japon en 1964 restèrent longtemps inédits. Partie intégrante du «Livre des Merveilles» qu'il souhaitait écrire, Le vide et le plein impose cet art unique qu'il a de saisir, comme on dérobe des pommes à l'étalage, des fragments d'éternité. Bouvier découvre, s'émerveille, s'étonne, se laisse faire mais aussi défaire par ce pays «non pas tant mystérieux que mystifiant». Et se livre dans ces courts chapitres plus peut-être que nulle part ailleurs.

  • - " [...] Pour qui aborde l'histoire, non pas, si j'ose dire, par la face visible de la lune - l'histoire de l'ancien monde depuis l'Égypte, la Grèce, et Rome - mais par cette face cachée de la lune qui est celle du japonologue et de l'américaniste, l'importance du Japon deviendrait aussi stratégique que celle de l'autre histoire, celle du monde antique et de l'Europe des temps archaïques. Il faudrait alors envisager que le Japon le plus ancien ait pu jouer le rôle d'une sorte de pont entre l'Europe et l'ensemble du Pacifique, à charge pour lui et pour l'Europe de développer, chacun de son côté, des histoires symétriques, tout à la fois semblables et opposées : un peu à la façon de l'inversion des saisons de part et d'autre de l'équateur, mais dans un autre registre et sur un autre axe. C'est donc [...] dans une perspective beaucoup plus vaste que le Japon peut nous sembler détenir certaines des clés maîtresses donnant accès au secteur qui reste encore le plus mystérieux du passé de l'humanité. "

  • Dans le style truculent qu'on lui connait, Brad Warner mélange l'anticonformisme punk avec celui du zen, mêlant tout cela à un récit de voyage relatant son retour triomphal en Ohio pour jouer dans un concert punk.
    Eclairant les enseignements énigmatiques du grand maître japonais Dôgen, Brad Warner aborde ici l'une des grandes oeuvres de la littérature zen : le Shôbôgenzô.
    Pour tous ceux qui sont attirés par les enseignements bouddhistes mais parfois rebutés par leur austérité, Brad Warner nous donne ici, dans un langage de vérité - et avec beaucoup d'humour - des enseignements et des histoires qui vont au coeur de la vie.

  • La scène se passe dans un parc à Tokyo.
    Deux amis conversent sur le sens de la vie et sur l'étonnante longévité des Japonais. Un mot est alors lancé : ikigai, qui signifie littéralement « la joie d'être toujours occupé ». D'après les Japonais, nous possédons tous un ikigai, une raison d'exister, qui nous pousse à nous lever chaque matin et à être acteurs de notre vie.
    Comment ces « supercentenaires » définissent-ils leur ikigai et en quoi les guide-t-il au quotidien ? Quelles sont les habitudes à adopter pour mieux vivre ?

    Dans un livre à mi-chemin entre le guide et le témoignage, les auteurs nous invitent à découvrir notre propre ikigai pour mener une vie longue et harmonieuse.

  • le monde de Miyazaki

    Susan Napier

    Une jungle toxique du 30e siècle, un bain public pour les dieux fatigués, une fille aux poissons aux cheveux roux et un esprit de forêt poilu - qu'est-ce qu'ils ont en commun? Ils jaillissent tous de l'esprit de Hayao Miyazaki, l'un des plus grands animateurs vivants, connu dans le monde entier pour des films tels que Mon Voisin Totoro, Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro et Le vent se lève.
    Un portrait inoubliable d'un homme dont l'art a défié la domination hollywoodienne et a inauguré un nouveau chapitre de la culture populaire mondiale.

  • Le Pont Nihonbashi, le Mont Fuji, et la nature toujours présente, les jeux de lumière et de transparence à travers les sudare, le théâtre Kabuki, les courtisanes des maisons vertes, les visages et le miroir... autant de thèmes qui sont source d'inspiration permanente pour les artistes de l'Ukiyo-e, à travers les siècles.
    Suivant une trame historique de la fin du xviie siècle jusqu'à nos jours, Nelly Delay explique la permanence de ces thèmes dans l'art de l'estampe. Elle décrit le contexte historique, culturel et social dans lequel cet art a vu le jour et évolué au cours des siècles et montre combien il est profondément ancré dans la civilisation japonaise.
    Elle explique les origines de l'estampe et la voie que des audacieux comme Moronobu et Kiyonobu ont suivie en réalisant les premiers bois pour des tirages exécutés en noir et blanc. Elle montre comment les artistes du xviiie siècle et leurs estampes de brocart - et parmi eux Harunobu, qui eut le premier l'idée d'utiliser toutes les possibilités de la couleur - permirent à l'Ukiyo-e d'accéder par la suite à un véritable âge d'or : Utamaro, éternellement inspiré par les femmes, Sharaku et les visages d'acteurs, Hokusai, le « fou du dessin », Hiroshige et la nature, Kuniyoshi et ses thèmes fantastiques, Toyharu, Shiba Kokan et bien d'autres...
    Si le livre suit un plan chronologique qui s'impose sur pareil sujet, l'auteur établit toutefois des comparaisons entre artistes d'époques très différentes afin de faire percevoir l'art de l'estampe hors du temps, au-delà des oeuvres et des écoles. L'originalité et l'abondance de l'iconographie, la richesse des informations rassemblées au fil des chapitres et la diversité des thèmes abordés font de ce livre, très illustré et vivant, un précieux guide du Japon traditionnel. Le style adopté le rend accessible à un large public alors que l'importance des annexes - où sont présentés notamment les étapes de fabrication, les cachets de censeurs et d'éditeurs, les signatures des artistes, les formats, les techniques et les couleurs - en fait un outil scientifique appréciable par les spécialistes, les collectionneurs et les amateurs avertis.

  • Contempler, errer, tracer, apparaître, hanter... En cinq chapitres et plus de 180 images, ce livre dessine une géographie sensible du Japon : on y parle de l'impermanence des choses (wabi sabi), de la beauté cachée du monde (yûgen), de la pénombre qui dissimule tout autant qu'elle dévoile ou encore du souvenir de contes anciens. Autant de thèmes chers à l'esthétique japonaise, ici révélés par les oeuvres des maîtres (Kitagawa Utamaro, Suzuki Harunobu...), ou encore celles d'artistes contemporains comme Takesada Matsutani ou Toko Shinoda.

    Dessins à l'encre de Chine, peintures sur rouleaux, estampes, lithographies, photographies se succèdent en une promenade visuelle propice à la rêverie. De courts textes explicatifs, des haïku, des extraits littéraires soigneusement choisis les accompagnent et éclairent les notions esthétiques, concepts philosophiques et oeuvres emblématiques. Un livre pensé comme un dictionnaire amoureux où chaque image, chaque texte est une rencontre au coeur de l'âme japonaise.

  • 100%Jjapon

    Jean-Marie Bouissou

    Ce livre d'une grande facilité de lecture ne liste pas "ce qu'il faut absolument voir au Japon". Mais il vous aidera à observer autour de vous avec une curiosité intelligente et à repérer ce dont les guides ne parlent pas. Ainsi vous comprendrez le Japon dans le détail et vous l'apprécierez pour ce qu'il est vraiment. Une infinité de sujets sont abordés : comment trouver son chemin, manger et boire, lire et travailler, les relations hommesfemmes, bains et cerisiers. Bref, tout ce qui fait être japonais.

  • Avec plus de 1000 photos parmi les plus belles jamais réalisées sur les paysages japonais, « Les 1000 plus beaux Paysages du Japon » vous fera voyager comme jamais. Au Japon, il est le best-seller d'un série de livres photos déjà écoulés à plus de 270.000 exemplaires ! Outre les paysages classés et présentés par régions, vous retrouverez des milliers d'explications historiques, des plans, des cartes sur chacun des lieux présentés. Cet énorme guide de 516 pages deviendra immanquablement une bible pour tous les amoureux de voyage et plus particulièrement du Japon.

  • Une nouvelle édition tout en couleurs avec de nombreuses photos.
    Une couverture exhaustive du pays, de Hokkaidô à Okinawa et aux îles du Sud-Ouest, comprenant notamment des régions éloignées des circuits touristiques traditionnels : le parc national de Shiretoko, la vallée paradisiaque de l'Iya, l'archipel d'Izu ou encore Iriomote-jima, une île isolée au large de Taïwan.
    Dans cette édition, une carte recense des suggestions pour sortir des sentiers battus Des recommandations pour un voyage réussi avec des enfants.
    Une sélection étendue d'adresses de restaurants, de bars, de boutiques, d'hôtels mais aussi d'hébergements traditionnels... Pour vivre le Japon des Japonais !
    Des renseignements pratiques sur un vaste choix d'activités : randonnée (Alpes japonaises), ascension de volcans (mont Fuji), plongée et snorkeling (îles du Sud), ski (Alpes japonaises, Hokkaido...)...
    Un nouveau chapitre sur les saisons pour bien choisir sa période de voyage selon ses goûts et ses envies Un plan détachable de Tokyo avec les principaux sites, un index des rues et un plan des transports.

  • Un recueil de recettes accessibles et savoureuses, issues de l'une des gastronomies les plus appréciées au monde.

    Les mets emblématiques du Japon - sushi, ramen, tempura - sont appréciés dans le monde entier. Avec cet ouvrage, Nancy Singleton Hachisu met à la portée de tous les plats typiques et régionaux de la gastronomie japonaise. Soupes, nouilles, condiments vinaigrés, fondues, desserts ou encore plats à base de légumes, ce magnifique ouvrage composé de quatre cents recettes offre un tour d'horizon exhaustif de la cuisine nipponne.

  • Voici qu'Utamaro, délaissant les portraits de courtisanes qui l'ont rendu célèbre, décide cette fois d'aller contempler la neige ou la lune ou, encore, d'inventorier ce qu'une mer délaisse sur le sable quand elle se retire. Ce qui touche dans les trois albums de peintures réunis ici, c'est peut-être d'abord cela, cet abandon du regard aigu sur une société raffinée, pour retourner à la beauté native de la nature. On peut alors se faire proche d'une grève, d'une lune vagabondant dans le ciel nocturne, d'un pont perdu dans la brume, ou de coquillages ouvragés émaillant le sable. Présentées avec la traduction des poèmes qui les accompagnent, ces estampes nous éblouissent par la fraîcheur intacte de leur pinceau et la délicatesse de leurs couleurs poudrées d'or.

  • En 1990, cent ans après Edmond de Goncourt, auteur de la première monographie européenne jamais consacrée à un peintre japonais, Kenneth White estimait que « les temps étaient sans doute mûrs pour un essai (genre à la fois informé, pensant, poétique et rapide) sur Hokusaï, qui, tout en puisant dans une masse énorme d'études historiques, socioculturelles et iconographiques, essaie de dégager l'espace propre à Hokusaï et d'ouvrir des perspectives ». C'était nommer à la lettre son ambition et son accomplissement.
    Trente ans plus tard, cette coupe transversale dans l'oeuvre de l'artiste continue de fournir une introduction idéale.

  • Chants guerriers, chants à boire, élégies ou poèmes d'amour, cette anthologie retrace l'évolution de la poésie japonaise de la période archaïque (les premiers siècles de notre ère) jusqu'à celle des Tokugawa, qui se termine au milieu du XIX? siècle.

  • Né il y a trois siècles au Japon, le haiku est la forme poétique la plus courte du monde. Art de l'ellipse et de la suggestion, poème de l'instant révélé, il cherche à éveiller en nous une conscience de la vie comme miracle. De Bashô jusqu'aux poètes contemporains, en passant par Buson, Issa, Shiki et bien d'autres, Haiku est la première anthologie à présenter un panorama complet de ce genre littéraire, en lequel on a pu voir le plus parfait accomplissement de l'esthétique japonaise.
    « Pourquoi aimons-nous le haiku ? » interrogent les préfaciers de ce livre. « Sans doute pour l'acquiescement qu'il suscite en nous, entre émerveillement et mystère. Le temps d'un souffle (un haiku, selon la règle, ne doit pas être plus long qu'une respiration), le poème coïncide tout à coup avec notre exacte intimité, provoquant le plus subtil des séismes. Sans doute, aussi, parce qu'il nous déroute, parce qu'il nous sort de notre pli, déchirant une taie sur notre regard, rappelant que la création a lieu à chaque instant. Peut-être, enfin, parce qu'il sait pincer le coeur avec légèreté. Rien de pesant, rien de solennel, rien de convenu. Juste un tressaillement complice. Une savante simplicité. »

  • Le Prince Genji est le fils illégitime de l'Empereur du Japon. En plein Moyen Âge, dans un univers splendide et ritualisé où s'échangent serments et malédictions, où l'on porte autant d'attention à la couleur de ses vêtements qu'à la qualité de sa calligraphie, au souffle du vent dans les arbres ou aux reflets de la lune sur la neige, il multiplie intrigues, aventures et tentations, délaissant sa magnifique épouse qui n'a que le tort d'exiger sa loyauté.
    Ce monde d'illusions et de faux-semblants, où l'on s'écrit autant que l'on s'aime, où l'on meurt de chagrin, où les esprits comme les sens sont possédés par des fantômes qui, eux aussi, ont beaucoup souffert, c'est la toile de fond du plus grand classique de la littérature japonaise, écrit il y a mille ans par une jeune femme dont on ne sait rien, sinon qu'elle vivait à la cour et qu'elle en connaissait tous les secrets.
    Les neuf premiers chapitres de ce texte-fleuve furent traduits au XXe siècle par Kikou Yamata, romancière franco-japonaise qui rend ainsi hommage, dans son style limpide, à la poésie et à la sophistication de ce chef-d'oeuvre. Grâce à elle, le Resplendissant, exerçant sur tous ceux qui l'approchent, pour leur plus grand malheur, sa sombre séduction, nous semble étrangement contemporain.

empty