Tels Quels, vos derniers achats.

  • «Esthétique de la terre ? Dans la poussière famélique des Afriques ? Dans la boue des Asies inondées ? Dans les épidémies, les exploitations occultées, les mouches bombillant sur les peaux en squelette des enfants ? Dans le silence glacé des Andes ? Dans les pluies déracinant les favelas et les bidonvilles ? Dans la pierraille et la broussaille des bantoustans ? Dans les fleurs autour du cou, et les ukulélés ? Dans les baraques de fange couronnant les mines d'or ? Dans les égouttoirs des villes ? Dans le vent aborigène ravagé ? Dans les quartiers réservés ? Dans l'ivresse des consommations aveugles ? Dans l'étau ? La cabane ? La nuit sans lumignon ?
    Oui. Mais esthétique du bouleversement et de l'intrusion. Trouver des équivalents de fièvre pour l'idée "environnement" (que pour ma part je nomme entour), pour l'idée "écologie", qui paraissent si oiseuses dans ces paysages de la désolation. Imaginer des forces de boucan et de doux-sirop pour l'idée de l'amour de la terre, qui est si dérisoire ou qui fonde souvent des intolérances si sectaires.» Édouard Glissant.

  • Dans ce nouvel ouvrage, Emma aborde des sujets de société qui l'interpellent comme la charge émotionnelle, le consentement, les violences du système policier, la reconnaissance du travail des femmes au foyer...

    « Je lis plein de choses et je les regroupe par thèmes. Au bout d'un moment, j'ai le sentiment que l'un d'eux mérite d'être porté au public. Alors je résume et ancre ce thème un peu théorique dans nos vies privées. »

  • Le temps est une « chose » introuvable dont l'existence ne fait aucun doute. Une « chose » dont tout le monde parle mais que personne n'a jamais vue. Nous voyons, entendons, touchons, goûtons dans le temps, mais non le temps lui-même. Contre toute attente, Chronos est un planqué, un caméléon qu'il faut débusquer sous nos habitudes de langage et de perception.

    Pour le démasquer, il va falloir l'effeuiller peu à peu, le distinguer de ses effets les plus sensibles : la durée, la mémoire, le mouvement, le devenir, la vitesse, la répétition. Parce que les horloges ne mesurent pas forcément du temps. Parce que le temps est toujours là alors qu'on dit qu'il s'écoule. Et qu'il existe indépendamment de ce qui survient, se transforme, vieillit et meurt. Aujourd'hui, le regard le plus audacieux et le plus déconcertant sur le temps, c'est la physique qui le porte.
    De Galilée à Einstein, puis de l'antimatière aux supercordes, elle n'a cessé d'approfondir la question jusqu'à ouvrir des perspectives qui donnent le vertige : le temps a-t-il précédé l'Univers ? Comment s'est-il mis en route ? Pourrait-il inverser son cours ?

    Au bout du compte, le temps pourrait bien être méconnaissable.

  • Ecrits entre 1945 et 1957, les textes rassemblés dans ce volume et devenus difficilement accessibles jettent les fondations de l'anthropologie structurale à laquelle le nom de l'auteur est lié.
    L'introduction dissipe un malentendu initial en montrant que l'ethnologie et l'histoire, même dite événementielle, loin de s'opposer, doivent se prêter un appui mutuel; ce que, depuis, les succès de l'anthropologie historique ont amplement attesté.
    L'étude des sociétés amérindiennes, objet de la deuxième partie, le confirme. L'analyse structurale de leurs coutumes, et de leurs institutions anticipe des découvertes archéologiques récentes, d'où ressort que les peuples amazoniens ne furent pas les primitifs qu'on croyait voir en eux.
    Dans une première partie, l'auteur avait aussi fait voir par des exemples concrets comment ses réflexions sur les rapports de l'anthropologie avec la linguistique et la psychologie l'ont conduit à poser les principes de l'analyse structurale des mythes, qui allait occuper une grande place dans ses travaux. Une troisième partie élargit cette perspective pour y inclure l'art.
    Enfin une quatrième partie, d'esprit plus méthodologique, envisage la place de l'anthropologie dans l'ensemble des sciences sociales et les problèmes posés par son enseignement.
    A côté des aspects de la réalité sociale si complexes que l'observateur doit se contenter de les décrire, et que l'anthropologie structurale ne songe pas à nier, on constate ainsi qu'il en existe d'autres où la comparaison permet de dégager des relations invariantes. En s'attachant surtout à eux, on espère mieux comprendre l'homme et introduire dans son étude un peu plus de rigueur.

  • Quoi de commun entre, d'un côté, les neurosciences et le cerveau, et, de l'autre, la psychanalyse et le sujet ? Une perspective commune, celle du devenir et d'un devenir intégrant à chaque instant du nouveau, du non-programmé, du contingent, du discontinu.
    Serions-nous donc déterminés pour échapper aux nécessités biologiques et sociales ? Point de rencontre entre neurosciences et psychanalyse, cette ouverture à l'imprévisible et à la créativité est, en tout cas, ce qui permet l'émergence de notre individualité singulière. Ce livre, issu d'un colloque organisé au Collège de France, réunit des psychanalystes, des philosophes, des psychiatres et des neurobiologistes de premier plan.
    Pour la première fois, tous ensemble, ils engagent une discussion riche et ouverte sur la singularité et le statut de l'inconscient.

  • C'est d'épouses, fiancées et copines dont il est question dans ce livre... Madame Elvis Presley, Madame Joseph Staline, Madame Jackson Pollock... et plein d'autres. Réunies par un seul et même destin : être les victimes d'hommes incapables de se comporter de façon normale et raisonnable avec leur partenaire. Qui étaient vraiment ces femmes et comment leur désir de vivre un amour romantique a pu pourrir à un tel point toute leur existence ? Page après page, Liv Strömquist lance ses flèches empoisonnées contre l'ordre patriarcal. Elle en explore dans les moindres recoins les dispositifs de domination sans oublier de donner au passage, toujours avec l'humour cinglant et la légèreté qui sont les siennes, des réponses à des questions telles : Qui étaient les pires boyfriends de l'Histoire ? Pourquoi Ingmar Bergman a cru bon féconder toutes les femmes qui, en Suède, avaient des ambitions artistiques ? Pourquoi l'archange Gabriel appelait les femmes des « putains » ? Pourquoi tous les enfants sont-ils des conservateurs bien de droite ? Et pourquoi les hommes qui défendent le plus les valeurs de la famille nucléaire (à l'instar d'un certain Pape) ne vivent jamais dans ce type de famille ? En s'appuyant sur des références qui vont de la sitcom « Friends » à la biographie de Staline de Simon Sebag Montefiore, Liv Strömquist poursuit avec intelligence et finesse sa critique sans concessions des valeurs masculines qui dominent la société contemporaine.

  • Les éditions Rouquemoute publient CONversations, un livre qui compile les meilleurs dialogues entre Jorge Bernstein et des «brouteurs» via les réseaux sociaux, le tout illustré par Fabcaro (Zaï Zaï Zaï Zaï, Et si l'amour c'était aimer ?). L'auteur explique : «Chaque jour ou presque depuis dix ans, je plante une graine de connerie bon enfant sur Facebook et je la laisse pousser dans le terreau fertile des fils d'actualité. La voilà sortie de mon esprit tordu, elle vit sa vie virtuelle et libère mon cerveau pour la suivante».
    Après avoir parodié les modes d'emploi de meubles en kit dans KÅTALÖG et des photos d'antan dans L'Humour Légendaire, Jorge Bernstein part cette fois-ci à l'assaut de ces «escrocs du web, qui, sous une fausse identité (généralement séduisante et féminine), tente de vous extorquer de l'argent» : «Je reçois régulièrement des messages privés de femmes volages et volubiles m'invitant à faire plus ample connaissance. À la différence de 99 % des personnes saines d'esprit, j'y réponds. Soudain, une connexion s'établit pour ces lointains comptes fictifs. Un couillon crédule semble mordre à l'hameçon. Ils termineront, hélas, noyés dans un océan de réponses sans queue ni tête, de calembours douteux et de blagues potaches, emportés dans des abysses d'absurdités. Ce jeu de dupes a donné naissance à CONversations. Des dizaines d'échanges reproduits sans aucune retouche, qui touchent du doigt l'essence même de notre condition humaine : le grand n'importe quoi.»

  • Les turbulences de la vie et de la guerre ont brisé Adélaïde. Seule l'affection de Florent éclaire encore ses journées. Ce dernier, à présent couturier célèbre, n'a pas été épargné non plus : il entretient désormais une liaison agitée avec un acteur. Il va devoir une fois encore soutenir sa vieille amie car Adélaïde finit par tout apprendre sur son défunt mari... Mais est-il encore temps de souffrir ?
    Les destins se heurtent et se conjuguent à la recherche d'une sérénité incertaine et toujours dérobée. Même si le sort en est jeté, les personnages ballottés par la vie conservent, envers et contre tout, le goût du bonheur...

  • La mort accidentelle de Gabrielle, âme de la tribu, bouleverse les Miller. Les étés immuables sur l'île québécoise d'Orléans sont à jamais perdus. La guerre et les réquisitions ont dispersé la plupart des hommes. Et le destin s'acharne sur Adélaïde, désormais épouse du brillant Nicholas McNally sans cesse menacé par la démence de sa propre soeur. Adélaïde, elle, reste droite malgré tous les déchirements qui l'assaillent. Si la jeune femme conserve le goût du bonheur en pleine tragédie, c'est à Florent qu'elle le doit, cet ami de toujours dont la tendresse défie les années. Pour combien de temps encore ?

  • Féminismes et pop culture Nouv.

    Le féminisme se porte-t-il sur un t-shirt ? Kim Kardashian est-elle un objet sexuel ou une femme puissante ? La série Grey's anatomy peut-elle changer la vie des femmes ? Dans un essai à la première personne documenté, passionné et engagé, Jennifer Padjemi, journaliste spécialiste questions de société, explore l'alliance, pour le meilleur et pour le pire, du féminisme et de la pop culture. En reprenant le fil des mouvements féministes modernes, de l'émergence d'un féminisme intersectionnel au mouvement "body positive" en passant par Me too et en se basant sur son expérience de femme noire, elle décortique le rapport que nous entretenons avec les objets culturels les plus populaires.
    Biberonnée aux clips vidéo, chansons grand public et maintenant aux séries TV, notre consommation de divertissement façonne, accompagne, et parfois challenge notre vision du monde. En utilisant la pop culture comme un miroir de notre société mondialisée, l'auteure questionne à travers elle le féminisme, le genre, la sexualité, l'intersectionnalité. Jennifer Padjemi interroge les liens d'interdépendance entre consommation de masse et idéologie progressiste, et jette un regard joyeux et lucide sur nos divertissements, sans concession au patriarcat.
    Un livre à mettre entre toutes les mains !

  • Prix Goncourt des lycéens 2020.
    Finaliste du Prix Goncourt 2020.
    Prix Orange du livre en Afrique 2019.
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019.

    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.

    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée a` son amour pour être mariée a` l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin. Patience !

    C'est le seul et unique conseil qui leur est donne´ par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. » Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles a` se libérer ?

    Mariage force´, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djai¨li Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djai¨li Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée a` 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.


    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » Source : PARIS MATCH.

    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » Source : LE POINT.

  • Lorraine, coeur d'acier ; histoire d'une radio pirate, libre et populaire (1979-1981) Nouv.

    C'est l'histoire d'une radio pirate qui défie le pouvoir : il y a quarante ans, Lorraine Coeur d'Acier posait, pour toujours, un jalon essentiel dans l'histoire des luttes et des radios libres. Une radio populaire qui libère la parole d'une population tout entière.

    Lorraine Coeur d'Acier ? Le 12 décembre 1978, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, est annoncé le plan Davignon qui va liquider la sidérurgie dans le bassin lorrain.
    Début mars 1979 débarquent à Longwy les journalistes Marcel Trillat et Jacques Dupont : à l'instigation de la CGT, les deux journalistes vont animer des mois durant ce qui allait devenir une radio à nulle autre pareille, une radio de lutte, une radio illégale défiant le pouvoir giscardien, mais aussi une radio « libre », au sens plein de ce terme. Une radio ouverte à tous. « Y compris aux gauchistes et à la droite ? », s'étrangle Eugène. C'est juré, il n'y mettra jamais les pieds. Camille, à rebours de son père, la fréquentera chaque jour, et pas seulement pour la belle voix de Mathilde...

  • Curtiss Hill

    Pau

    • Paquet
    • 17 Février 2021

    Deux pilotes de course automobiles que tout oppose, sauf le talent au volant. Curtiss Hill est beau, riche, fair-play, brillant en société. Rowlf Zeichner, originaire d'un pays tombé en dictature miltaire et brutale, agit dans l'ombre et ne recule devent aucune bassesse pour remporter la victoire. Leur rivalité va éveiller la curiosité de la photojournaliste Maugène Berk, qui lèvera le voile de la vérité sur leurs vraies personnalités.
    Dans un contexte historique inspiré des anneés 1930, entre montée des fascismes en Europe et insouciance américaine, une aventure pleine du fracas des moteurs des racers vintage, dont Pau sait nous régaler !

  • Dans une enquête documentée auprès des artistes, des collectionneurs, des banquiers ou des contrefacteurs, la journaliste révèle les trafics liés à l'expansion du marché de l'art contemporain. Entre évasion fiscale, blanchiment d'argent et faux, elle dresse un panorama de la marchandisation de l'art.

  • 500 ans d'histoire du ballet dans un ouvrage visuel et familial :

    - les oeuvres classiques (Giselle, Le Lac des cygnes... ) comme les créations plus contemporaines (Chroma... ), résumées et analysées ;
    - les grandes périodes, les techniques et expressions emblématiques ;
    - les portraits de chorégraphes, compositeurs, danseurs et danseuses internationaux (de Pierre Beauchamp à Akram Khan en passant par Marius Petipa, Martha Graham et Sylvie Guillem) ;
    - les grandes compagnies et les lieux de danse incontournables dans le monde.

  • Arrivés dans l'univers paradisiaque dont ils rêvaient depuis le début de leurs aventures, les héros des Eaux de Mortelune déchantent rapidement. Plus leurs pensées sont négatives, plus le monde qui les entoure se désagrège. Le Prince Jérôme, Goliath, Alfred le pingouin-robot, et Barnabé transformé en ptérodactyle restent les seuls survivants.
    Isolés tant dans l'espace que dans le temps, nos héros doivent trouver des repères pour espérer une quelconque issue. Pour tenter de trouver une solution, le Prince Jérôme part à la rencontre de la grande horloge et de son gardien, régisseur du temps universel. Vont-ils pouvoir remettre de l'ordre dans ce cataclysme général ? Vont-ils parvenir à découvrir un monde meilleur ?

    Le second cycle des Eaux de Mortelune s'achève définitivement avec ce dixième tome. Patrick Cothias jongle toujours avec la poésie et la violence, alors que Philippe Adamov, au sommet de son art, exploite toute la puissance de son superbe dessin. Une série de référence, absolument incontournable.

  • L'ombre de Malik est là... Il observe Sue, Tom Max et Paule, les quatre rescapés dont le formidable vaisseau se dirige vers cette planète morte qu'on appelait la Terre.
    Malik attend le moment propice pour frapper...
    Mais il y a Nicolas, Barnabé et les autres, ces fantômes des temps futurs qui vont tout faire pour les sauver en les entraînant dans leur monde magique, un univers d'illusions éphémères où la terre reprend enfin une dimension humaine.

  • Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d'ailleurs comme un petit loupgarou : d'après elle, dans ce monde, il est plus facile d'être un monstre que d'être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l'école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l'Holocauste. Elle décide alors de mener l'enquête et va vite découvrir qu'entre le passé d'Anka au coeur de l'Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l'ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d'une artiste surdouée, c'est un livre époustouflant.

  • En 1940, le jeune Parisien Paul-Emile, qui souhaite rejoindre la Résistance, gagne Londres où le Special operation executive créé par Churchill le recrute. Il est chargé, en compagnie d'autres Français avec qui il suit un entraînement intense, de retourner en France pour y grossir les rangs de la Résistance invisible. Pendant ce temps, le contre-espionnage allemand veille.

  • Père célibataire au foyer, c'est un boulot à plein temps, et ce n'est pas Dad qui va prétendre le contraire ! Surtout avec quatre filles au caractère bien trempé, et pas vraiment du genre à s'écraser devant leur éternel ado de père...
    Entre Pandora l'intello, Ondine la volcanique, Roxane l'espiègle et Bébérenice la petite dernière, ce comédien au chômage a trouvé le rôle de sa vie : celui de s'occuper de sa famille sans rien perdre de sa propre jeunesse.
    Une chronique moderne, tendre et ironique de Nob, l'auteur de Mamette, qui nous offre des tranches de vie pleines d'humour et de vécu loin des idées reçues.

  • Grand Prix de l'Imaginaire - Roman Jeunesse francophone (2014) 1832. Blonde, dix-sept ans a grandi dans un couvent, entoure de mystres. Qui sont ses parents, et que leur est-il arriv ? Quelle est la cause de ses vanouissements frquents ? Alors qu'elle s'enfuit pour remonter seule le fil du pass, Blonde se dcouvre un ct obscur, une part animale: il y a au coeur de son histoire un terrible secret.

  • Fin du programme Genesis dans :
    1 mois...
    1 jour...
    1 heure...
    Ils sont prêts à mentir pour sauver leur peau.
    Ils sont les douze naufragés de Mars. Ils sont aussi les complices d'un effroyable mensonge.
    Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.
    Elle est prête à mourir pour sauver le monde.
    Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?
    Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer.
    Le troisième tome suffocant du thriller spatial de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l'Imaginaire.

  • Les douze pionniers du programme Genesis pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d'avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l'amour. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.

empty